FenetreA
trimaran_fmpb2
alain_maignan
trimaran_fmpb
fenetrea_trimaran_fmpb
alain_maignan2

Une histoire déjà longue et forte avec la mer et la voile

FenêtréA s'appelait avant 2009, FMPB. Les connaisseurs et les amateurs de voile ont vu ce logo flotter au-dessus des mers et des océans depuis plus d'une décennie. Si la voile et de la navigation sont devenus une seconde nature pour FMPB, et, aujourd'hui, FenêtréA, elle est à mettre au compte d'un marin aussi formidable que discret, Alain Maignan.

Comment ça a commencé ?

FMPB n'avait que quelques années d'existence quand un postier du bureau de Plélan-le-Grand, Alain Maignan, vint solliciter le fondateur de FMPB, Roland Desnoyers. En 1993, exactement. Le facteur avait une autre carte à faire valoir que celle de son métier de facteur. Marin en dehors du travail, il affichait déjà des lettres de noblesse en matière de navigation. "J'ai proposé à M. Desnoyers de sponsoriser mon bateau pour tenter des aventures, raconte Alain Maignan. L'entretien n'a pas duré longtemps. Il m'a dit sans hésitation et sans parler argent : "J'accepte de vous soutenir parce que nous partageons les mêmes valeurs : la passion et l'audace". Depuis cette date, FMPB n'a cessé de soutenir Alain Maignan et de l'aider dans ses projets. Le marin a hissé les couleurs de FMPB au-dessus de l'eau au cours de régates et de courses mais aussi sur le podium de plusieurs épreuves. En 1997, sur un bateau de 9,30 m, Alain Maignan a gagné la Lorient-Galway (Irlande). En 1998, un nouveau bateau, Schouten, 10,20 m, le futur vaillant compagnon du tour du monde, entre dans sa vie. En 2000, l'équipage gagne la Transmanche en double. Mais, à cette époque, Alain Maignan a fait le choix d'un plus grand bateau dans un objectif précis : faire la Route du Rhum, parmi les grands. Hélas, pendant la préparation, les organisateurs changent les règles de participation : Schouten n'est plus assez long pour concourir. Le budget convenu n'autorisait pas l'adaptation. En accord avec son sponsor, Alain Maignan a décidé de partir "en pirate", huit jours avant les concurrents officiels. Il a rejoint Pointe-à-Pitre en 27 jours. La vainqueur, Ellen McArthur, ainsi que le second, Michel Desjoyeaux l'avaient précédé mais "j'ai eu plaisir, écrit-il dans son livre, à joindre mon bateau à celui de tous les arrivants ensuite. Dès que je suis arrivé, je suis tombé en pleurs parce que je constatais que l'aventure était finie, ajoute-t-il. Dès cet instant, l'idée d'un autre projet a mûri dans ma tête." Après quelques idées de challenge, l'idée est rapidement devenue fixe : faire le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

La fenêtre FMPB, championne du monde

En réussissant son tour de monde, Alain Maignan n'a pas seulement porté haut et loin l'image de FMPB. Il a fait d'une fenêtre en PVC beignonnaise une héroïne marine. Avant de partir, le facteur de Plélan-le-Grand avait imaginé que, dans les tempêtes, bourrasques et surtout face aux lames des 40es Rugissants et des 50es Hurlants, dans le grand Sud, le panneau de descente à la cabine, aurait été handicap. Devoir l'insérer dans les fentes, sous l'assaut des paquets de mer et du vent, ne lui aurait pas permis de parer instantanément aux coups de tabac. Bricoleur avisé (comme tout lecteur le découvre et peut l'admirer dans le livre), Alain Maignan avait eu l'idée de remplacer le panneau par une fenêtre. A quelques jours du départ, il en a en formulé la demande aux représentants de FMPB. Banco, a dit l'entreprise. Les ouvriers ont fabriqué en express une fenêtre en PVC sur mesure qui est venu occuper strictement l'espace du panneau. Pour un résultat cent fois plus efficace. Le marin confesse que, à plusieurs reprises, lorsque les vagues et les lames des bourrasques et tempêtes sont venues gifler la cabine du bateau, il a béni la robustesse de la fenêtre qui l'a préservé du pire. Les vitres lui permettaient en outre de suivre à l'extérieur le cours des événements, chose impossible avec le panneau. FMPB et Jeanneau ont entrepris des démarches pour tenter de breveter la fenêtre miracle.

Liens

> Blog d'Alain maignan